Un petit détour de 4 467km

Il n’y a pas de petit voyage.

Après 6 mois passés au Québec pour mon stage dans événementiel, il était temps de dire au revoir (crisser mon camp en bon québécois). L’appel de l’Ouest me titillait depuis mon arrivée. Mais le Canada est un si grand pays que voir ses paysages depuis le hublot de l’avion n’était pas une idée qui me réjouissait (aussi en m’y prenant à la dernière minute, l’avion était hors de prix). C’est donc en bus que j’ai pris la direction de l’Ouest. Et attention, quand Google Map vous dit que parcourir les 4467km qui séparent Ottawa de Vancouver prend environ 1 jour et 20 heures, ce cher Google ne tient pas compte des arrêts pour changer d’autobus, des arrêts pipi, des arrêts lunchs, des détours dans les nombreux bleds vraiment pommés que compte le Canada pour aller chercher des colis (je vous jure, c’était encore comme si je faisais un voyage dans le temps, comme si j’avançais un peu plus vite que la vitesse d’un cheval traversant le pays et allant chercher des colis, des paquets pour les amener à destination). Bref, avec Greyhound, la compagnie de bus, ça a pris 3 jours et 3 nuits. Et le pire, c’est que c’était pas si pire ! Même bien, même beau, j’ai pas vu le temps passer, y’avait la wifi dans le bus en plus. Et puis c’est beau. Imaginez-vous traverser le deuxième plus grand pays au monde et voir tous ces paysages différents, trois jours durant !

La traversée de l’Ontario   des lacs et des sapins. De la neige aussi. Et des Tim Hortons. 1 jour, une nuit et encore une demi-journée.

Ontario

Manitoba – rien vu c’était la nuit. Ça tombe bien y’avait rien à voir. Ah si, l’arrivée de nuit à Winnipeg, cette ville perdue au milieu des plaines avait l’air cool. Et des Tim Hortons !

Tim Hortons

Saskatchewan – plat, long, agricole. Sérieusement, c’était pas trop marrant. Et des Tim Hortons !

Une ferme dans les Prairies Le train dans les Prairies

Alberta – au début c’est comme le Saskatchewan, long et pas marrant.

Les Prairies - long pendant 12h

Puis, il arrive un moment où tu aperçois des montagnes au loin, des buildings dans les nuages et ça c’est Calgary avec les Rocheuses en arrière-plan. Là tout le bus s’éveille après avoir vu le plat pays pendant 12 heures. Ce qui est plutôt cool à Calgary, c’est qu’en 30 minutes tu peux tomber sur une piste de ski. Ce ne sont pas encore les grandes Rocheuses mais quelques petites pentes avec de la neige et des remontées mécaniques.

Après Calgary, on entre dans les vraies Rocheuses canadiennes, et là, waouh ! Là j’ai compris pourquoi j’ai traversé en bus. Voir un coucher de soleil sur cette chaine de montagnes, après les Prairies immenses, c’était fabuleux. Tout le bus avait les yeux rivés sur les montagnes, ça m’a rassuré, j’étais pas la seule à capoter sur la beauté du paysage. Le pire, un copain de bus venant de l’Ontario traversait aussi le pays en direction de Vancouver, lui était 10 fois plus émerveillé que moi. En effet, il n’était jamais sorti de sa province. JAMAIS ! Moi j’ai vu les Alpes et les Pyrénées, mais lui c’était la première fois qu’il voyait les montagnes. Et des Tim Hortons !

Les Rocheuses

Colombie Britannique – c’était la nuit, donc je vais vous montrer les premières images que j’ai pu prendre de Vancouver, vous allez tout de suite comprendre pourquoi j’ai fait ce « détour » de 4467km. En bref, “Van” est une ville coincée entre les montagnes d’un côté et l’eau de l’autre côté. J’ai encore jamais vu une ville pareille. Et puis, y’a encore des Tim Hortons, ouf je suis toujours au Canada !
Vancouver - vue depuis English BayVancouver - vue depuis Stanley Park

Vancouver - vue depuis Stanley Park

 *Tim Hortons c’est une chaîne canadienne de cafés, boissons chaudes, petits trucs à grignoter (sandwichs, lunchs etc). Vous comprendrez en venant au Canada que c’est une institution.

En tout ce voyage, c’était : 3 jours et 3 nuits, 3 heures de décalage horaire, 4 467km, des rencontres, des paysages, des bleds complètement perdus, parfois presque fantômes, au milieu de nulle part. J’ai bien compris la densité de population au Canada de 4 habitants/km².

Poursuivez vos rêves, ayez le courage de les réaliser, je vous jure que ça vaut le coup. Vous en trouverez toujours de nouveaux.

Idéfix au Canada vous encourage.