Montréal – partie 2

Partir à Montréal d’Ottawa, un jour de neige, ce n’est pas une bonne idée. Il faut savoir que si une voiture est immatriculée au Québec, elle doit avoir des pneus neige. Cependant les chers voisins de l’Ontario ne sont pas obligés d’avoir ces fameux pneus neige. Vive les lois provinciales ! Mais pour aller à Montréal, on peut emprunter une route en Ontario. Neige et absence de neige ne font pas bon ménage : pas moins de 15 voitures accidentées en sortie de route ont été comptabilisée pendant les deux heures effectives de route séparant Montréal de Gatineau (environ 200km). Et qui dit neige qui tombe en continu (10cm) dit ralentissement du trafic (oui même au Canada) dû aux conditions et aux accidents.

Où dormir ?

Enfin arrivée à Montréal, je vais vous donner un plan bien sympathique. Alexandrie-Montréal, auberge de jeunesse hyper bien située (métro Berri-UQAM) et toute proche de la rue Sainte Catherine (rue des bars, des restos et des boites). Arrivée sur les lieux, la vue des bottes toutes laissées là dans l’entrée sur un tapis (au Canada, on enlève ses chaussures avant de rentrer, toujours !), la vue sur le salon et la cuisine. Une aire ouverte comme il y a en a tant ici et l’impression de rentrer dans une grande coloc. La bonne humeur et l’accueil chaleureux n’étaient pas une façade, c’était bel et bien cette atmosphère qui régnait dans cette auberge. Deux soirées à discuter de tout avec des inconnus qui au final ont les mêmes préoccupations, les mêmes envies et n’étaient donc pas si différents que moi. Et ces voyageurs, Français en grand nombre participent à la bonne ambiance et la chaleur, au melting-pot propre à Montréal. L’auberge de jeunesse, j’en referai l’expérience !

Que faire ?

Mont-Royal

P1130781

L’ascension du Mont-Royal pour y admirer la ville (ses buildings) d’en haut, en plein hiver, par -25° (-40° avec le facteur vent) n’était pas la meilleure idée. Mais c’était beau. Voir Montréal depuis le Mont en plein c’était pas mal. La redescente avec le vent de face fut horrible. Un arrêt d’une heure pour boire un chocolat fut nécessaire.

Quartier du Vieux Montréal

Nous voilà parties, Laure et moi, à la découverte du vieux Montréal, quartier qui indéniablement me fait le plus penser à l’Europe. Rues pavées, boutiques de souvenirs, restaurants européens, Cathédrale où s’est mariée Céline Dion, bâtisses aux influences bretonnes, vieux port, street art, galeries d’art inuit (nous sommes au Canada tout de même).

Le Plateau

Proche de l’auberge de jeunesse, se trouvait le rue Sainte Catherine, la rue Saint-Denis, les rues où il faut sortir, l’endroit idéal pour boire un verre, manger un bout, faire la fête. Et tout cela aux couleurs de Montréal, l’originale, l’extravagante parfois. De sympathiques façades font ce quartier qui bouge de Montréal. Si j’ai la chance de revenir à Mtl, je reviendrai dans le Plateau sans aucun doute.

P1130853

Rue Saint Denis

Maison Olympique de Montréal

Puis pèlerinage à la Maison Olympique inaugurée cet été avec Thomas Bach (président du CIO) notamment. Le Canada est un pays qui a plusieurs fois accueilli les JO (Montréal 1976, Calgary 1988, Vancouver 2010). Fermée à ma plus grande tristesse.

P1130837

Moi en pèlerinage

Manger au Québec

IMAG2035.jpg

La fameuse poutine Savoyarde de la Banquise

Lorsqu’il « fait faim » rien de tel qu’une bonne poutine de La Banquise pour finir la journée. La Banquise c’est une institution à Montréal et un méchant attrape-touristes. Deux options s’offrent à vous :

  • Faire la queue pour vous asseoir et déguster votre poutine comme tous les autres touristes
  • Prendre la fille (vide) à emporter et savoureux votre poutine où bon vous semble.

Comprenez que par -25°, on est allées s’asseoir à l’intérieur. La poutine à La Banquise, ce n’est pas seulement prendre une poutine (plat québécois composé de frites, sauce brune et fromage en grain) c’est prendre une poutine originale. Ce fût la Savoyarde pour ma part (frites, sauce brune, fromage en grain, fromage suisse, bacon et crème fraiche). Un délice !

La poutine, nous a donc aidés, Laure et moi à repartir braver le froid. Mais pas trop longtemps puisqu’on a voulu voir la ville souterraine de Montréal (le plus grand centre d’achats souterrain au monde). Avec les hivers canadiens, des souterrains ont été construits pour se rendre d’un endroit à un l’autre sans pointer son nez dehors. Ces Canadiens sont astucieux !

Plan grand froid

P1130785

Ceci n’est pas une blague

S’il y a bien quelque chose que je retiendrai de ce week-end, c’est qu’il a fait fret ! -25° les deux jours, le ressenti passe souvent à -30° ou -40° selon le vent. On a du déclenché le plan grand froid.

Des bottes d’hiver, restituant à des -30° sont obligatoires (mais pas de triples chaussettes pour moi, j’étais correc), un manteau le plus chaud possible vous aidera, une soute (pantalon de ski pour les Français) et un collant sous le jean c’est la tenue que je vous conseille. Ne négligez pas la capuche par-dessus votre tuque, coupez toutes les entrées d’air (sous le manteau, entre vos gants et votre manteau), attachez votre écharpe autour de votre cou et par-dessus votre capuche. Ne prenez pas de photos avec votre cellulaire (ou investissez dans des gants tactiles) et je ne vous niaise pas.

P1130838

Montréal, capitale mondiale du swag hivernal

Voilà vous être fin prêts pour aller braver le froid ce que les Canadiens font vu le nombre de skieurs de fond, coureurs (je vous jure) dans le parc du Mont-Royal, soit en pleine ville !

Et ce fût déjà la fin de ce week-end polaire à Montréal, la capitale québécoise. Et voilà que demain, mardi 16 février, 30cm de neige sont attendus dans la journée (c’est la tempêêêêêête !)

Des Becks